Community management : Quelle est la différence entre un Social Media Manager et un Community Manager?

article de blog sur le community manager

Avec l’arrivée des réseaux sociaux et d’internet au début des années 2000, les entreprises ont dû s’adapter à la révolution numérique et se mettre à la page rapidement et faire ainsi leur « transformation digitale ». En effet, toutes les entreprises possèdent aujourd’hui, que ce soit les PME ou les grands groupes, des réseaux sociaux et sont présentes en social media.
Cette transformation a donc engendré l’émergence et la naissance de nouveau métier, comme celui de Social Média Manager ou encore Community Manager.

Vous vous demandez donc qui sont ces métiers émergents, en quoi ils consistent et quelle est leur différence ?
Alors, aujourd’hui, on va vous présenter ces deux métiers et vous expliquer leur différence car on a tendance à les confondre!

Qu’est-ce qu’un Social Média Manager ?
Le Social Media Manager est le plus souvent intégré et rattaché à l’équipe marketing et participe à la réflexion stratégique de l’entreprise. Il exerce parfois en agence ou en freelance aussi. Une chose est certaine, c’est qu’il est responsable de la stratégie sociale media du groupe pour lequel il travaille ou pour le client pour lequel il exerce.
Son rôle consiste à définir un plan d’action visant à faire connaître la marque sur les différents réseaux sociaux. Dans un premier temps, il doit définir les objectifs que les réseaux sociaux doivet remplir et comment atteindre ces objectifs.
Il doit faire preuve de capacités d’analyse, savoir anticiper sur le court et le long terme les objectifs stratégiques de l’entreprise mais aussi les objectifs stratégiques au niveau des réseaux sociaux. Il doit définir comment l’entreprise par le biais des réseaux sociaux va se faire connaître, comment se faire aimer, comment créer une relation et comment faire vendre.
De ce fait, le Social Media Manager doit définir les différentes cibles de l’entreprise et comment s’adresser au mieux à ces dernières et avec quel format (visuel, texte, vidéo, photo, lien,…), quel message faire passer et quel réseau social utiliser.
Il est donc le responsable de la ligne éditorial de la marque sur Facebook, Instagram, Pinterest, Twitter, Linkedin, Snapchat etc…
En parallèle, il est chargé de remplir le calendrier éditorial de chaque réseau social utilisé en fonction de la stratégie de la marque ou de l’actualité promotionnelle
Il est chargé de faire la veille concurrentielle afin d’analyser les stratégies des concurrents et les comportements des internautes et de son audience afin d’être toujours au courant des nouveautés en matière de thématiques, d’outils et des nouvelles tendances.
Il est également en charge de la relation avec les bloggeurs et influenceurs, et peut-être amené à coordonner la production de contenu. Il s’entoure alors de graphistes, infographistes, motion designers, rédacteurs ou vidéastes, qu’ils soient internes à l’entreprise ou en contrat avec celle-ci.
Enfin, il analyse ses actions via différents KPIs pour rendre compte de l’efficacité de sa stratégie social media.
Quel outils utilise-t-il pour élaborer sa stratégie?

Avant toute chose, le Social Media Manager est un stratège. Il va donc mener une analyse stratégique du positionnement de la marque sur le web en faisant des recherches via Google par exemple. L’idée étant de savoir ce que les internautes pensent de la marque et s’il faut changer ou au contraire renforcer cette perception.
Pour appliquer la stratégie, il va utiliser des outils plus techniques de gestion des réseaux sociaux comme Agorapulse, Hootsuite, Buffer, Swello ou même Trello, ce qui va lui permettre de programmer ses publications sur les différents réseaux sociaux et de disposer d’un calendrier éditorial précis. Ces outils lui permettent également de faire de la veille, de classifier son audience, de programmer des posts, d’adapter la stratégie pour un meilleur rayonnement de la marque
Si l’on parle création de contenu ou de visuel, le Social Media Manager peut se simplifier la tâche sans aucune connaissance en graphisme en utilisant des outils payants comme le très connu Canva pour la photo et l’illustration mais aussi des outils vidéos très simples d’utilisation comme PlayPlay. S’il est plus à l’aise en PAO, il peut utiliser Illustrator, Indesign ou encore le célèbre Photoshop qui va lui permettre de créer des visuels plus élaborés.
Le Social Media Manager doit également garder un œil sur les outils d’analytics pour mesurer son impact sur le trafic du site web ou différents items de conversion : achat, souscription à la newsletter ou visite d’une page-clé. Il se doit donc de maitriser ces outils, le plus courant étant Google Analytics.

Si le Social Media Manager est en charge de la stratégie social media, sa définition et sa mise en place, alors le Community Manager doit, lui, créer le contenu lié à cette même stratégie et surtout comme son nom l’indique : animer des communautés !

Qu’est ce qu’un Community Manager ?
Comme expliqué plus haut, le Community Manager doit fédérer des communautés, sur divers réseaux sociaux et créer le contenu de la stratégie social media.
Il est intégré à l’équipe Marketing et est sous la responsabilité du Social Media Manager. Le CM doit ainsi s’adresser à deux types de publics : les fans actuels de la marque et les personnes ne connaissant pas encore la marque. Son rôle est de développer la notoriété d’une entreprise, acquérir de nouveaux clients et fidéliser les clients existants.
Au quotidien le Community Manager doit s’occuper de développer les communautés, les faire grandir et échanger avec elles. Il doit également réaliser un travail de veille constante, pour ne pas louper le hashtag trendy du moment, surveiller ce que fait la concurrence et tenter d’être en avance sur cette dernière !
Le Community Manager a également un rôle à jouer en terme de service clients. Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés par les internautes pour suivre une commande, faire remonter un problème etc.
Parmi les compétences que ce dernier doit avoir, on retrouve bien évidemment, une orthographe irréprochable.
En plus de maîtriser la langue de Molière, le Community Manager doit faire preuve d’une grande réactivité et être disponible ! En effet, un avis négatif ou un tweet assassin pourrait vite entraîner un bad buzz pour l’entreprise. Le CM doit donc réaliser un travail de modération important, et prendre le temps de répondre dans la mesure du possible aux commentaires ! Les réseaux sociaux sont un espace ouvert 24h/24 et 7j/7, le Community Manager doit donc être à l’affût tant des retours clients, via les commentaires ou les tags, mais aussi des sujets chauds ou “buzz” du moment, afin d’être parmi les premiers à surfer sur la tendance, si celle-ci a une cohérence avec la marque ou le secteur de cette dernière.
En rapport avec la réactivité et la modération, le Community Manager doit être une personne faisant preuve d’une certaine empathie. Alors que dans la vie de tous les jours et dans un cadre personnel il y a des mots que l’on emploierait sans réfléchir, un Community Manager ne peut pas toujours dire ce qu’il pense et doit savoir se contenir. Il doit ainsi parfois prendre sur lui et répondre de manière intelligente ou détourner à la communauté, sans oublier une pointe d’humour !
Un Community Manager se doit d’être créatif et à l’affût des dernières tendances ! Ceci dans le but de créer des contenus pertinents et surtout viraux.
Enfin et sans surprise, un Community Manager doit être curieux, curieux de tout. Il doit sans cesse découvrir et apprendre de nouvelles choses. Pour cela il peut suivre les dernières nouveautés sur les réseaux sociaux, les hashtags tendances ou encore s’inspirer des meilleurs Community Managers, comme ceux de Décathlon et Netflix.
Si l’on devait lister les missions types d’un Community Manager, on retrouverait :
Création, programmation et publication des posts sur les réseaux sociaux
Animation des communautés
Modération des commentaires
Réflexion sur de nouveaux formats
Reporting des performances
Réalisation d’une veille active
Quels outils utilise-t-il ?

On peut citer, les différents réseaux comme Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, Snapchat, YouTube, TikTok ou encore Pinterest. Pour ce qui est de la création, on peut citer Canva, Illustrator, Photoshop ou encore une alternative gratuite Pixlr Editor.
Pour la programmation des posts et obtenir des insights, Agorapulse semble être une évidence pour gérer facilement tous vos réseaux sociaux au sein d’une même plateforme. 
Pour programmer vos posts au quotidien, l’outil de gestion Trello est un bon outil.
Pour surveiller la réputation de l’entreprise, Mention est un outil permettant de suivre toutes les mentions faites par les internautes sur la marque.
Enfin pour l’analyse des données, certains préfèrent utiliser directement les outils propres à chaque réseau social ou bien utiliser les données récoltées dans des outils tiers comme AgoraPulse. Enfin, Google Analytics est également un outil clé, pour comprendre l’impact des posts sur le trafic du site.

Il y a bien sûr une différence de formation et de salaire pour ces deux métiers :

Concernant la formation, il y a une nette différence entre les deux métiers. En effet, très stratégique pour la plupart des entreprises, le poste de Social Media Manager requiert au minimum un Bac+3 et bien souvent un Master 2.Très prisées, les formations en communication, marketing ou digital constituent des voies royales. C’est un métier qui requiert de l’expérience et ce sont des profils très recherchés par les entreprises.
Alors que de nombreux CM se sont formés sur le tas et sont autodidactes ! En effet, Il n’y a aujourd’hui pas d’école formant concrètement au métier de CM. Cependant, il existe un grand nombre de formations formant aux métiers de la Communication et donc indirectement du CM.

Au niveau des salaires, le Social Media Manager junior gagnera entre 30 et 40k€ bruts annuels. Tandis qu’avec 5 ans d’expérience, il pourra gagner jusqu’à 60k€ par an dans les grandes entreprises.

En CDI ou à son compte en freelance, le Community Manager peut bénéficier de revenus bien différents. Un CM touchera entre 20 et 40K qu’il soit junior ou senior.
Pour un CM en freelance, certains sont prêts à vendre leurs prestations à des prix assez faibles. Le tarif moyen d’un CM en freelance est de 400 euros par jour.